Prendre Le Large

 Prendre le Large

Le temps file comme le sable, tu le vois bien. Il glisse toujours au travers de ma main. Pourquoi courir après tous ces désirs, ils nous détruisent pour mieux nous pervertir.

Et quand la spirale m’entraine, que l’envie coule dans mes veines. J’ai oublié ce pourquoi je suis fait … Ce qui faisait … Ce qui faisait le sel

Prendre le large, Prendre le large et quitter ces rivages. Prendre le large

On veut toujours ce qui brille comme de l’or, qui a ouvert cette boite de Pandore. Mon libre arbitre envers toutes ces églises, me fait mentir à force d’y réfléchir.

Et quand la spirale m’entraine, que les doutes coulent dans mes veines. J’ai oublié ce pourquoi je suis fait … Ce qui faisait … Ce qui faisait le sel

Prendre le large, Prendre le large et quitter ces rivages. Prendre le large

Mais je tremble à l’idée de me tromper, chemin d’une quête vers l’authenticité. Mon front perle et se glace dans cette histoire, est ce vraiment moi que je vois dans l’ miroir

Et quand la spirale m’entraine, que la vie coule dans mes veines. J’ai oublié ce pourquoi je suis fait … Ce qui faisait … Ce qui faisait le sel

Prendre le large, Prendre le large et quitter ces rivages. Prendre le large

AUTEUR/COMPOSITEUR/INTERPRÈTE : LUDOVIC MICHELET